Les joies du cloud

Le cloud ! Cette merveilleuse invention qui va nous faciliter l'informatique.

Publié le 6 août 2012, catégorie humeur
Tags: Apple, cloud, iCloud
2 commentaires

L’histoire

Tous les matins, lorsque j’arrive au boulot, je charge dans mon navigateur un certain nombre de sites de news, et je potasse les dernières nouvelles du monde merveilleux de l’informatique moderne. Et parmi ces sites, j’ai trouvé un article fort intéressant, qu’on peut trouver chez MacBidouille, Mac4Ever, ou encore MacGénération.

L’histoire en deux mots : Mat Honan, journaliste (Wired, Gizmodo), s’est fait piquer son mot-de-passe à son compte iCloud.

Bon, se faire voler son mot-de-passe, ça peut arriver, même aux meilleurs. Le plus rigolo, c’est la façon dont le pirate a réussi à pénetrer son compte. Il a simplement appelé Apple, s’est fait passer pour sa victime, et leur a demandé de réinitialiser le mot-de-passe. Et Apple l’a fait. Simple, efficace.

Ensuite, le pirate s’est amusé avec les fonctions d’iCloud : effacement à distance de toutes les données de l’iPhone et de l’iPad de la victime. Et étant donné qu’il y a de fortes chances que les sauvegardes des dits appareils ne soient stockées que sur iCloud, il y a fort à parier que la victime ait perdu toutes les données stockées. Alors ça, c’est pas de chances.

Mais en plus, comme il avait donné son adresse Apple (oui, parce qu’en plus Apple fourni une adresse mail) chez GMail, il a pu aussi réinitialiser le mot-de-passe GMail de la victime. De la même façon, il a pris le contrôle du compte Twitter.

Là, je sais pas vous, mais moi, à ce stade de la lecture, je suis littéralement mort de rire.

Morale

Je le dit assez souvent, mais le cloud (le clahoud comme disent les jeunes) n’est ni plus ni moins qu’une perte de contrôle sur les données et processus qu’on externalise. Certes, c’est cool, ça peut être pratique, mais ce genre de mésaventure ne serait jamais arrivé si le journaliste en question utilisait son propre PC plutôt que les machins Apple. Et en terme de contrôle, de sécurité, et d’intégrité, force est de constater qu’Apple s’en tape (à leur décharge, s’ils voulaient vraiment sécuriser l’accès aux données de leurs clients, alors l’iCloud en question serait inutilisable car pointilleux à l’excès sur les accès).

La fonction effaçage à distance est tentante en cas de vol (d’ailleurs je l’ai activé), mais s’il m’arrivait pareille mésaventure, la sauvegarde de mes appareils se fait sur mon PC, le mien à moi que j’ai. Vous pouvez effacer le contenu de mon téléphone, je m’en tape, j’ai un backup sur lequel vous ne sauriez accéder.

Mon mail n’est pas dans le cloud : essayez de m’appeler pour me demander de resetter mon mot-de-passe, vous verrez, la réponse sera risible (en tout cas, moi, elle me fera rire). Ce qui ne m’empêche pas d’avoir un antispam de compétition de classe internationale, un webmail qui roxe du poney pour y accéder quand le net est filtré à mort chez mes clients (d’ailleurs neuf fois sur dix GMail est filtré également, pas mon webmail qui est trop petit pour être listé).

Je synchronise également mon carnet d’adresses et calendrier sur le réseau, mais avec des outils qui sont installés sur mon serveur avec ownCloud et davical.

Avec tout ça, je dispose d’à peu près les mêmes fonctions qu’iCloud (il n’est pas possible sur un iPhone de forcer un répository WebDav perso plutôt que celui d’iCloud, grrr), mais il y a plusieurs avantages non négligeables :

Bref, si vous tenez à vos données, vous avez intérêt à les laisser chez quelqu’un qui s’en soucie : ni chez Apple, ni chez DropBox, ni chez Google. Chez vous.

2 commentaires

De : Averell (envoyé le 06/08/2012 17:47)

Eh bien ! Steve Wozniak est d'accord avec moi ! Pour lui, le cloud va amener des catastrophes dans les prochaines années. L'article en anglais chez Google ou en français chez Mac 4 Ever.

De : Averell (envoyé le 07/08/2012 13:37)

Le journaliste en question est revenu dans un article sur la façon dont on a accédé à ses données. C'est chez wired. Sinon, en français, chez MacGénération.

Envoyer un commentaire

Les commentaires sont relus pour modération avant publication.
Le formattage HTML basic est accepté.

Nom : (requis)
E-mail : (requis, non publié)
Site Web : (optionnel)